Tout le monde a entendu parler du mouvement impressionniste qui illumine encore aujourd’hui la peinture en générale. Mais un petit précis sur ce mouvement ne peut que rajouter à l’intérêt que vous lui portez déjà.

En France, cette peinture naquit dans les années 1860 et mis longtemps à être reconnue comme l’œuvre qu’elle est. Les contemporains de cette période n’étaient guère différent de nous et ainsi ne voyaient pas le changement, la modernité, l’avant-garde d’un très bon œil en premier lieu. Il fallut près de 30 ans pour que ces premières lettres de noblesse lui soient accordées. En fait, le changement radical que l’impressionnisme apportait dans la peinture était considéré comme une modernité scandaleuse et tape-à-l’œil. Il ne faut pas oublier que les peintres reconnus à cette époque continuaient la trame traditionnaliste de la renaissance (qui fût en son temps d’une modernité scandaleuse !).

Le fait de ne jamais avoir abandonné malgré le rejet complet de leurs contemporains montre que les peintres impressionnistes avaient confiance en leur art et qu’il leur fallait simplement attendre pour que tout cela leur fut reconnu. Entre 1860 et 1886, ils continuèrent à travailler leur art, à le développer, à trouver un moyen de passer de la peinture purement figurative à la peinture si reconnue maintenant pour être non figurative. Enfin, grâce à leur ténacité (malgré leur pauvreté), ils exposèrent dans de grandes galeries et s’exportèrent aux Etats-Unis avec grand succès en 1886 ce qui leur permis d’être enfin reconnu en France, en Europe et en Amérique.

En fait, ce qui choquait le plus à l’époque ce n’était pas les choix des sujets qui restaient ancrés dans le réel mais véritablement le mode de peinture lui-même. La volonté des peintres impressionnistes étaient de faire vivre leurs tableaux, de les rendre aussi réel que possible. Pour cela, ils utilisèrent la méthode de couches successives de peinture, d’application par petites touches qui permettait de s’affranchir de la tradition picturale en tant que méthode mais non en tant de sujets.

Bien sûr, nous ne pouvons pas remarquer aussi que les sujets sont quand même différents de la peinture dite classique. Le fait de sortir pour peindre la vie, les loisirs et les moments de la nature et des gens fût une grande avancée. Les modèles n’étaient plus figés dans leurs habits du dimanche mais bien en train d’être. Le travail de certains impressionnistes sur la lumière montre l’envie d’une peinture réjouissante en contraste avec l’école hollandaise de l’époque.

Ce mouvement n’a pas surgi de nulle part dans la tête de Manet ou Monet. Il est le continuum des peintres de l’Ecole de Barbizon et de celle des Rencontres de Saint-Siméon. En fait, l’impressionnisme peut être vu comme la suite logique d’une évolution du monde, de la société et des arts. Nous ne sommes que le produit évolué de nos prédécesseurs et les impressionnistes ne sont pas différents. Ils ont réfléchi et décidé que la tradition des peintures mythologiques, des dessins faits au crayon avant de peindre et autres règles à suivre ne correspondaient plus au monde dans lequel ils évoluaient. Ils n’avaient pas forcément tord dans la mesure où cette période est celle de l’après Napoléon et que déjà beaucoup de choses avaient changé dans l’esprit des gens.

La technique de l’impressionnisme s’apprivoise de la manière suivante : il s’agit d’une nouvelle vision de l’environnement et de la vie en elle-même. Cette technique nous permet de voir les motifs sous des angles différents grâce aux couleurs ; elle nous apprend aussi la vision du peintre qui exprime son ressenti dans sa peinture. Tout devient relativité : suivant l’angle, la lumière ou l’humeur de celui qui regarde la peinture tout change. L’utilisation de tons clairs, la création des formes et du relief par les touches de peintures, le volume sont aux nombres des nouvelles techniques picturales.

Leur ingéniosité et leur idée de sujets voilà ce qui rend les peintres impressionnistes aussi intéressants. De part leur regard sur notre monde et leur manière de le retranscrire, ils ont ouverts les yeux à bons nombres de leurs successeurs qui tenteront eux aussi de nouvelles approches. Bien sûr, de tout temps cela s’est passé ainsi : un mouvement permet la création de beaucoup d’autres. Mais, l’impressionnisme ne s’est jamais vraiment éteint et n’a pas disparu dans l’esprit des gens. Ils restent graver de façon bien plus précise que le mouvement de la renaissance italienne ou du fauvisme. C’est en cela aussi que l’impressionnisme est un grand mouvement pictural et le restera encore longtemps.